Publié le 26/10/2015 à 22:49 par leblogcultureldyl   (  http://leblogcultureldyl.centerblog.net )
Concert Jeunes prodiges à Brouilla

 

Deux + Un. Trois jeunes musiciens à Brouilla pour un concert de charme.

 

Un concert Jeunes Prodiges était programmé à Brouilla à la suite de l’Assemblée générale annuelle de l’Association Les Amis d’Alain Marinaro. Les deux invités étaient Timothée Vinour-Morra, 14 ans, à la guitare, et Yann Schneller –Lorenzoni, 17 ans, à la flûte traversière. Comme dans la famille de Timothée tous les enfants sont musiciens, professionnels ou non, le concert a bénéficié, en impromptu, de la présence de son frère Siméon, qui joue de la trompette. Ambiance juvénile pour public mûr, ce fut un beau succès.

 

Le programme préparé par les deux duettistes comprenait quatre pièces contemporaines sur cinq. Les jeunes d’aujourd’hui vivent avec leur temps. On ne peut que s’en réjouir.  C’était donc pour nous un chemin de découvertes. Tout d’abord Circulo magico du brésilien d’origine libanaise Sergio Assad (né en 1952). Quatre mouvements dont le quatrième reprend le premier, avec ici et là quelques  échos de rythmes brésiliens. Suivait une œuvre de Dusan Bogdanovic (né en 1955), d’origine serbe : Prélude (référence à Bach), pièce assez brève et très rythmée. Visite dans le passé, avec Sérénade opus 127, du guitariste virtuose du Sud italien Mauro Giulani (1789-1829) ; une œuvre classique avec variations composée de huit courtes pièces à laquelle l’accord de la flûte et de la guitare nous rendit particulièrement sensibles. Avec Sonate d’alarme (1990) d’Ivan Bellocq (né en 1958) on atteignait une splendide virtuosité. L’œuvre de ce flûtiste très inventif, dénommé « un classique d’avant-garde », qui compose pour de très nombreux instruments,  est magnifique. La qualité de l’interprétation a brillamment contribué à nous  en faire découvrir la nouveauté et la richesse. Appalaches, de Mathias Duplessy (né en 1979), un grand voyageur nous dit-on, est une pièce assez curieuse, d’un plaisant éclectisme, assemblage de sonorités insolites et teinté d’un brin de mystère. Pour la totalité des morceaux interprétés, l’auditoire a particulièrement apprécié l’accord profond des deux instrumentistes, formés à la musique de chambre et familiers d’une pratique commune depuis plusieurs années.

Après une entrée surprise avec la sonnerie de Leonor de Beethoven, Siméon Vinour-Motta à la trompette a complété le concert avec deux intermèdes. Il interprétait d’abord la 12e des 36 Etudes transcendantes pour trompette de Théo Charlier, un compositeur belge (mort en 1944) qui a exploré en tous sens les techniques de la trompette. Il revenait ensuite avec le premier  mouvement de Contrepoint, du compositeur néo-zélandais Stanley Friedman (né en 1957). Sa prestation fut appréciée à l’égal de ses compagnons.

En bis, pour prolonger le plaisir, Timothée et Yann ont joué un morceau d’Astor Piazzola.

Une fois de plus la mairie de Brouilla a vibré de bien remarquables accents et Dalila et Jean-Yves Marinaro ont confirmé la qualité de leurs choix et la richesse vibrante de leur accueil aux jeunes artistes. 

Yvette Lucas

Photos Luc A.